A la chevauchée des dunes
  

A la chevauchée des dunes

Swakopmund, Namibie le 05/10/2014

 

Le groupe du safari m'ayant déposée à Swakopmund, je m'empresse de trouver une auberge afin de prendre l'après-midi pour réfléchir au programme de mes derniers jours en Namibie. Un autre must du pays est le site de Sossusvlei, dans le désert du Namib, célèbre pour ses dunes, les plus hautes du monde. Je reconsidère l'option coûteuse de location de voiture car j'ai horreur des tours organisés. Le safari à Etosha était sympa mais un temps fou est perdu pour les repas. Ces tours sont faits pour les gens d'un certain âge qui tiennent à leur confort et à la sensation d'avoi l'estomac bien rempli. Je n'ai certes rien contre les buffets à volonté et les barbecues mais je préfère de loin me contenter d'une barre de céréales et utiliser le temps restant plutôt pour observer les animaux. Pas question donc de passer en vitesse à Sossusvlei. Je me balade donc le long de la rue principale de Swakopmund jusqu'à ce que je tombe sur un bureau de location de voiture. La paperasse se fait rapidement et je demande honteusement qu'on me montre comment changer une roue. Je m'achète une glace, mets la clim à fond et m'enfonce dans le désert du Namib, la musique des Doors à fond la caisse.   

                              Namib desert

Les 400 kilomètres de route se font à travers des paysages désertiques magnifiques et très variés, tantôt des dunes, tantôt de grandes plaines parcourues par des autruches solitaires. Très à propos, je m'arrête dans le petit village de Solitaire (il porte bien son nom) pour me ravitailler en glace et coca puis j'arrive finalement à l'entrée du parc de Sossusvlei en fin de journée. Le temps de trouver mes marques, faires des courses, monter ma tente et allumer un feu, la nuit tombe déjà.  

Le lendemain, mon réveil sonne à quatre heures du matin. Je m'empresse de plier ma tente dans l'obscurité, tout enfourner à la va-vite dans la voiture, puis je me mets en route pour Sossusvlei. Après une heure de route à travers le parc, j'arrive à la Dune 45. Le soleil n'étant pas encore levé, je commence l'ascension de la dune, luttant contre le vent. J'arrive au  sommet juste à temps pour voir le soleil se lever. L'ambiance est magique et la vue imprenable.

                                               Dune 45

Je poursuis plus tard ma route vers Deadvlei. Niché au pied de Big Daddy, la plus haute dune du monde (300 m), Deadvlei est un ancien marais désseché dans lequel il ne reste à présent que des arbres morts brûlé par le soleil. Le site est célèbre car particulièrement photogénique de par ses couleurs: le marais désseché blanc sur un fond de dunes ocres et de ciel bleu, parsemé d'arbres noirs. 

                                                 Deadvlei 

Je suis bien entendu tentée par l'ascension de Big Daddy mais après quelques dizaines de mètres escaladés en plus d'une heure sous le soleil de plomb du désert, je comprend vite que c'est humainement impossible et redescend extenuée me reposer à l'ombre d'un accacia, parmi un troupeau d'oryx. Je vais même m'endormir une bonne heure jusqu'à ce que je me réveille en sursaut au bruit d'une voiture. J'avais donné rendez-vous à un ranger pour qu'il vienne me chercher et me ramener au parking. Je le retrouve un peu paniqué: il m'avait recherché une bonne vingtaine de minutes.

Le soir, de retour au campement, je me grille des marshmallows sur le feu en sirotant une savannah dry sous le ciel étoilé puis ne tarde pas à aller me coucher extenuée. Je  ne dormirai pas beaucoup, une tempête violente va faire trembler ma tente toute la nuit.

 

                                                  camp 

 

Le lendemain, je reprends la chemin retour pour Swakopmund. Bien évidement, je réussi à crever un pneu. Comme une grande, je commence à changer la roue avant d'être rejoint par un Hollandais qui me donne un coup de main. Le retour se fait ensuite sans encombre avant de prendre un bus pour Windhoek ou mon avion pour la Suisse m'attend. 

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Namibie